PVV Will Contest Only Two Local Elections

Geert Wilders’ PVV party will stand in only two cities in next year’s local elections. Wilders, who thinks the Koran should be banned and wants a halt to immigration, said the PVV planned to focus on the national and regional elections in 2011. ‘We want to be ready to rule so we need to be in the senate,’ he told ANP.

Although Wilders had been planning to field candidates in more locations, the party will run only in Almere and the Hague. Wilders told ANP that the strategy is an attempt to avoid the fate of the late Pim Fortuyn’s anti-Islam LPF party in 2002, which the party took 26 seats in parliament but collapsed due to inexperience and infighting.

Political parties have criticized Wilders’ decision to largely ignore the local elections. Femke Halsema, leader of the leftwing Groenlinks party, told Telegraaf, “He takes part in the European election although he doesn’t believe in it and now he won’t take part in the cities where he says he wants to solve problems.” But Maurice de Hond describes Wilders’ decision as ‘very clever’ in electoral terms as making mistakes in local councils could cost the party in parliamentary elections, he tells Telegraaf.

Analysis: The Dutch Cover Their Faces Before The Radicalization Of Islam

Before leaving the Netherlands for the United States last summer, Ayaan Hirsi Ali said: “I am leaving, but the questions about the future of Islam in our country remain.” With the exile of the Somali congresswoman, the combat against Muslim integrationists escalated, and the polemic over Islam and integration seems to be stomped out in this country. After the 2002 assassination of populist Pim Fortuyn, who described Islam as a “backwards culture”, and the 2004 assassination (by an islamist) of Theo Van Gogh, people no longer dare to publicly combat islamism. {(continued below in French)} Ayaan Hirsi Ali, avant de quitter les Pays-Bas, l’_t_ dernier, pour les _tats-Unis avait lanc_ : _ Je pars, mais les questions sur l’avenir de l’islam dans notre pays demeurent. _ Pourtant, avec l’exil de l’ancienne parlementaire d’origine somalienne, _g_rie du combat contre les int_gristes musulmans, les pol_miques sur l’islam et l’int_gration semblent s’_tre estomp_es dans ce pays. Apr_s l’assassinat, en 2002, du populiste Pim Fortuyn, qui qualifiait l’islam de _ culture arri_r_e _, puis celui, en 2004, du cin_aste Th_o Van Gogh par un islamiste, plus personne n’ose mener de combat public contre l’islamisme. L’immigration, l’_chec du multiculturalisme et les tensions intercommunautaires ont _t_ largement absents de la campagne _lectorale des l_gislatives de fin novembre. Il y a d_sormais consensus des principaux partis politiques pour mettre un frein _ l’immigration. Les lois tr_s strictes mises en place ces derniers mois par le ministre de l’Int_gration, Rita Verdonk, ne sont pas remises en cause. Mais dans la soci_t_ n_erlandaise, l’inqui_tude est toujours sensible. Selon une _tude publi_e l’_t_ dernier, 63 % des N_erlandais pensent, comme Ayaan Hirsi Ali, que _ l’islam est incompatible avec les valeurs occidentales _. Et la moiti_ d’entre eux affirment _ craindre ___l’islam et son influence sur la soci_t_ n_erlandaise _. Le relatif succ_s du nouveau Parti de la libert_ (9 si_ges), cr?_ par Geert Wilders, un ancien lib_ral qui veut _ arr_ter l’islamisation des Pays-Bas _, refl_te ce malaise. Mais alors que plusieurs groupes terroristes viennent d’_tre d_mantel_s, que les _ crimes d’honneur _ font une victime chaque mois dans le pays et qu’une r_cente _tude met en _vidence le risque d’une progression de l’islam radical aux Pays-Bas, c’est encore la _gedoogcultuur, cette culture de la tol_rance pouss_e jusqu’_ la permissivit_, qui pr_vaut. _ Le sentiment l_gitime de culpabilit_ issu du colonialisme, du racisme, de l’apartheid et de l’Holocauste a engendr_ une attention exclusive et particuli_re envers les ethnies et les cultures des communaut_s minoritaires, diabolisant au passage celles de la majorit_ autochtone _, explique _Ren_ Cuperus, membre du think-tank du parti travailliste PvdA. _ Rotterdam, les travaillistes, majoritaires au conseil municipal, viennent d’approuver un projet controvers_ : la construction du premier h_pital islamique d’Europe. Avec des d_partements s_par_s pour hommes et femmes. _ Utrecht, la commission pour l’_galit_ des chances vient de donner raison _ une jeune musulmane, professeur d’_conomie, qui refusait de serrer la main des hommes. Le coll_ge qui voulait la renvoyer a _t_ qualifi_ de _ trop ethnocentrique _. Par ailleurs, l’une des principales banques n_erlandaises, Rabobank, _tudie la possibilit_ de proposer des _ pr_ts halal _, sans int_r_ts, afin de satisfaire aux pr_ceptes de l’islam. Une institution financi_re islamique, Bila Riba (_ sans int_r_ts _ en arabe), a _t_ cr?_e il y a quelques mois _ Leiden. Enfin, pour refl_ter _ l’_volution de la soci_t_ _, un syndicat chr_tien propose de remplacer un jour f_ri_ chr_tien par un jour f_ri_ musulman… _ Pourquoi construire cet h_pital islamique alors que les _tablissements existants proposent d_j_, depuis longtemps, nourriture halal et lieux de pri_re ?, s’_tonne Rasit Bal, directeur de l’ISBO, l’organisation qui chapeaute les quarante-sept _coles islamiques du pays. Pourquoi imaginer des pr_ts sans int_r_ts alors qu’ailleurs en Europe les musulmans se satisfont des syst_mes bancaires occidentaux ? _ Dans un livre paru en septembre, l’ancien ministre de la Justice, le chr_tien-d_mocrate Piet Hein Donner, va plus loin : _ Le ton du d_bat politique ne me pla_t pas, affirme-t-il. _Tu t’assimileras, tu adopteras nos normes et nos valeurs, sois raisonnable, fais comme nous.* Ce n’est pas comme cela que j’envisage les choses. _ Et dans un _lan, semble-t-il, de bonne volont_ envers les musulmans, il assure que _ si les deux tiers des N_erlandais voulaient introduire la charia, ce serait scandaleux de dire : c’est impossible. C’est la majorit_ qui compte, voil_ l’essence de la d_mocratie _… Des propos qui ont suscit_ un toll_, mais qui t_moignent du profond d_sarroi de la classe politique locale envers l’islam. Le premier vote, le 30 novembre, du nouveau Parlement – o_ l’extr_me gauche est entr_e en force – a _t_ l’amnistie g_n_rale pour les quelque 26 000 d_bout_s du droit d’asile, entr_s au Pays-Bas avant avril 2001. Au m_me moment, une p_tition s’organisait contre le projet du gouvernement sortant d’interdire le port de la burqa… Pourtant, les N_erlandais continuent de remettre en cause le mod_le multiculturel: ils sont 70 % _ penser que les minorit_s doivent s’adapter _ leur culture. Les _tudes montrent que le sentiment x_nophobe appara_t surtout dans les grandes villes, chez les femmes et les homosexuels, inquiets de l’intol_rance des musulmans. _ L’id_e de soci_t_ multiculturelle est peut-_tre s_duisante aux yeux des immigrants, mais il n’emp_che qu’elle a fait beaucoup de d_g_ts, _affirme Ren_ Cuperus. Au lieu de contribuer _ faire accepter l’immigration, le concept de soci_t_ multiculturelle alimente dangereusement le ressentiment et la x_nophobie des autochtones, allant jusqu’_ sugg_rer que ces derniers ne sont ni plus ni moins qu’une minorit_ parmi les minorit_s. _ L’Am_ricain Francis Fukuyama, observateur attentif du syst_me multiculturel outre-Atlantique, met lui aussi en garde : _ Je consid_re que les Europ_ens, notamment les N_erlandais, font la politique de l’autruche. J’ai la conviction que le concept de soci_t_ multiculturelle est une _norme erreur. Cela n’a pas donn_ naissance _ une soci_t_ lib_rale, mais _ une s_rie de groupes qui ne se parlent pas. _ mon avis, on ne peut pas appeler cela une nation. _

Netherlands Considers Burqa Ban

The Dutch immigration minister says she will look into the legality of banning the burqa, the robes worn by some Muslim women to cover their bodies. Rita Verdonk made the pledge after a majority in parliament said it would support such a ban. The proposal was put forward by independent politician Geert Wilders. “That women should walk the streets in a totally unrecognisable manner is an insult to everyone who believes in equal rights,” he said. “This law is a comfort to moderate Muslims and will contribute to integration in the Netherlands,” he added in a statement. His proposal is supported by two of the parties in the governing centre-right coalition, as well as the opposition right-wing party founded by the late Pim Fortuyn. Mrs Verdonk did not say when she might complete her investigation. If the Netherlands does decide to ban the burqa, it will be the first European country to do so.