Chirac, Sarkozy And Séguin Agree On Appointing Immigrant Prefect

By B_atrice Gurrey PARIS – Nacer Meddah, the son of Algerian immigrants, was named Prefect of Aube, following public anger at Mr. Sarkozy’s incongruous televised promise of appointing “a Muslim prefect” and in the light of the politically turbulant pr_fecture of A_ssa Dermouche. The French statesmen lauded Mr. Meddah’s appoitnment as the result of a meritocratic process, devoid of ethnic or religious overtones, but a model for immigrants’ upward social mobility. {(continued below in French)} Le ministre de l’int_rieur, qui avait suscit_ la pol_mique et la col_re du pr_sident en assurant _ la t_l_vision, le 30 novembre 2003, qu’il allait nommer “un pr_fet musulman”, s’est f_licit_, en conseil des ministres, que le premier pr_sident de la Cour des comptes ait accept_, “dans l’int_r_t de M. Meddah”, de laisser partir son secr_taire g_n_ral adjoint, un collaborateur pr_cieux. M. Chirac a rench_ri sur les qualit_s de ce fonctionnaire, n_ en France de parents alg_riens, qui rejoint, _ 46 ans, le d_partement d’un fid_le chiraquien, Fran_ois Baroin. M. S_guin lui-m_me, apr_s s’_tre fait prier plusieurs mois, se r_jouit de la promotion de M. Meddah, “un homme remarquable et un tr_s grand fonctionnaire”. La querelle philosophique et s_mantique sur le “pr_fet musulman” serait donc _teinte. M. Sarkozy, qui s’_tait nagu_re vant_ d’avoir employ_ cette expression et d’_tre le seul _ braver les tabous, s’est bien gard_ d’y recourir _ nouveau. En janvier 2004, lors d’une conversation informelle _ l’occasion des voeux _ la presse, le chef de l’Etat avait s_chement mis les choses au point : “J’ai dit en conseil des ministres, et je l’ai dit au ministre de l’int_rieur, que je n’accepterais plus de mouvement pr_fectoral o_ il n’y aurait pas de Fran_ais issu de l’immigration.” Quant _ l’expression “pr_fet musulman”, “je ne l’ai jamais utilis_e”, avait-il pr_cis_. Car la religion musulmane n’a rien _ voir dans la nomination de M. Meddah, produit de la m_ritocratie _ la fran_aise. Ses parents ont quitt_ l’Alg_rie dans les ann_es 1950 pour le nord de la France, o_ le p_re est devenu ouvrier. A sa mort, la m_re a _lev_ seule ses trois enfants qui sont aujourd’hui pr_fet, proviseure de lyc_e et ing_nieure en informatique, gr_ce _ leurs _tudes. Cette nomination consensuelle est aussi destin_e _ faire oublier l’exp_rience malheureuse qui avait suivi la nomination d’A_ssa Dermouche, nomm_ pr_fet du Jura en janvier 2004, _ la suite de la querelle entre le ministre de l’int_rieur et le chef de l’Etat. Il avait _t_ victime de deux attentats qui ne l’avaient pas atteint physiquement, puis touch_ par de graves soucis de sant_. L’enqu_te n’a toujours pas abouti.

Le Cfcm Échoue À Résoudre Sa Crise Interne

The Muslim Council has so far failed to resolve its internal crisis over representation. The dispute centers around the representation given to the FNMF (National Federation of French Muslims) which tends to be associated with Moroccans. Currently no solution is available, and Council functions are being delayed, but officialy think it should be resolved soon. {(continued below in French)} Le bureau du Conseil fran_ais du culte musulman (CFCM) a _chou_ jeudi _ r_soudre sa crise interne n_e des divergences au sein d’une de ses composantes, la F_d_ration nationale des musulmans de France (FNMF), ce qui paralyse son action. “Devant la difficult_ de r_unir les membres du CFCM autour d’une solution n_goci_e, le bureau ex_cutif initiera incessamment une r_union de conciliation supervis_e par les d_l_gu_s du bureau du CFCM”, indique un communiqu_ sign_ du pr_sident, Dalil Boubakeur, et d’un vice-pr_sident, Fouad Alaoui. Cette r_union, selon le communiqu_, doit permettre de “d_bloquer la situation entre les parties antagonistes et arr_ter un accord global permettant au CFCM de reprendre normalement sa mission”. La crise r_side dans la repr_sentation de la FNMF (proche du Maroc) dans le bureau du CFCM, plusieurs responsables de cette association contestant le pr_sident, Mohamed Bechari. “Les adversaires de M. Bechari ne sont pas venus jeudi participer _ nos travaux, alors qu’ils _taient invit_s. La r_union de conciliation devrait se tenir bient_t _ la Mosqu_e d’Evry, sa date n’a pas _t_ fix_e”, a d_clar_ _ l’AFP M. Boubakeur, recteur de la Grande Mosqu_e de Paris. “Il y a constat de non-accord, pas de d_saccord. Cette crise paralyse le CFCM, et j’esp_re que nous allons la r_soudre”, a-t-il ajout_, pr_cisant que le conseil d’administration du CFCM pr_vu cette semaine, et auquel devait participer le ministre de l’Int_rieur Nicolas Sarkozy _tait report_. “Nous esp_rons tenir ce conseil le 13 mai”, a-t-il ajout_. Ce conseil devrait notamment ent_riner les choix des aum_niers musulmans des arm_es, des prisons et des h_pitaux. Un “compromis” sur la repr_sentation de la FNMF avait _t_ r_cemment _labor_, avec le concours du minist_re de l’Int_rieur. “Si ce compromis est accept_, et que les probl_mes qui nous bloquaient sont r_solus, nous allons enfin attaquer les probl_mes de fond, comme la formation, l’affaire des caricatures, les questions importantes qui se posent aux musulmans fran_ais”, avait r_cemment soulign_ M. Boubakeur.

Nicolas Sarkozy Présente Son Projet De Loi Sur L’immigration

Minister of the Interior Nicolas Sarkiozy presented his proposal on immigration to the Council of Ministers. The objective of the new law is to make French immigration more “choosy”. More details on the bill and reactions are in the complete story. {(Article continues below in French)} Le texte pr_voit ainsi que l’obtention d’un visa de long s_jour sera indispensable pour la d_livrance d’une carte de s_jour temporaire, “sauf quelques exceptions”, lit-on dans un communiqu_ du gouvernement. Les migrants admis pour la premi_re fois en France et souhaitant s’y installer durablement devront signer un “contrat d’accueil et d’int_gration” pr_voyant une formation civique et linguistique. Avant d’obtenir une carte de r_sident de dix ans, l’_tranger devra satisfaire _ trois conditions d’int_gration: l’engagement personnel de respecter les “principes qui r_gissent la R_publique fran_aise”, le “respect effectif de ces principes” et une “connaissance suffisante” de la langue fran_aise. La d_livrance et le renouvellement des titres de s_jour des _tudiants _trangers seront facilit_s d_s lors que leur projet d’_tude aura _t_ valid_ dans leur pays avant leur d_part. Les jeunes dipl_m_s _trangers obtenant leur master en France pourront compl_ter leur formation par une premi_re exp_rience professionnelle, _galement en France, “dans la perspective du retour dans leur pays d’origine”. La r_gle subordonnant l’entr_e d’un travailleur _tranger _ l’autorisation de l’administration du travail sera assouplie dans les m_tiers et les zones g_ographiques qui connaissent des difficult_s de recrutement. La cr_ation d’une carte de s_jour “comp_tences et talents”, d’une dur_e de trois ans, facilitera l’accueil d’_trangers “dont la personnalit_ et le projet constituent des atouts pour le d_veloppement et le rayonnement de la France”. Le projet de loi transpose en outre des directives europ_ennes permettant de simplifier le r_gime du s_jour des Europ_ens en France. REGROUPEMENT FAMILIAL Un deuxi_me volet d_finit les conditions de d_livrance des cartes de s_jour temporaire pour “vie priv_e et familiale”. Ainsi, la possibilit_ pour un _tranger en situation irr_guli_re depuis dix ans de se voir d_livrer automatiquement une telle carte est supprim_e. Afin de lutter contre les “mariages de complaisance”, la carte de r_sident de dix ans ne sera attribu_e au conjoint de Fran_ais qu’apr_s trois ans de mariage au lieu de deux. Le conjoint devra en outre manifester “son int_gration _ la soci_t_ fran_aise” et faire preuve d’une “connaissance suffisante de la langue fran_aise”. Le d_lai de communaut_ de vie permettant aux conjoints de Fran_ais d’acqu_rir la nationalit_ fran_aise sera port_ de d_claration de deux _ quatre ans, et _ cinq ans en l’absence de r_sidence en France pendant trois ans. Un immigr_ ne pourra demander _ _tre rejoint par sa famille qu’apr_s une dur_e de s_jour r_gulier en France de dix-huit mois, et non plus d’un an. Ses ressources, d’un montant au moins _gal au smic, devront provenir de son travail et non des revenus d’assistance. Il devra, en outre, d_montrer qu’il “se conforme aux principes qui r_gissent la R_publique fran_aise”. “Lorsqu’il y a neuf personnes qui demandent _ immigrer en France, il y en a huit qui, aujourd’hui, le font pour des raisons familiales et une seule qui le fait pour des raisons _conomiques”, a expliqu_ le porte-parole du gouvernement lors du compte rendu du conseil des ministres. “Donc, _ l’instar de ce qui se fait dans un certain nombre d’autres pays europ_ens, l’id_e est de r?_quilibrer un peu les choses”, a ajout_ Jean-Fran_ois Cop_.

French Muslims Protest Arson Attacks On Mosques

Hundreds of French Muslims held Saturday, March 6, a silent demonstration protesting two arson attacks on mosques in southeastern France a day earlier. The first fire in the city of Seynod engulfed an entire 800-square meter prayer hall, the pulpit and the library, French Le Monde daily reported. The second seriously damaged the heating system of a mosque in the city of Annecy before fire fighters got the situation under control. Security sources said the arson attacks were likely plotted by right-wing extremists, who harbor hatred towards the Muslim community in France . There were no immediate claims of responsibility.