Denmark: Denmark: Royal Library will not display Mohammed cartoons

Denmark’s national library will house the cartoon images of the prophet Muhammad that provoked violent riots throughout the Islamic world two years ago. The Royal Library has declared the drawings to be of historic value, and is trying to acquire them for preservation purposes. It has agreed to take possession of the caricatures on behalf of the museum of Danish cartoon art, and negotiations with the artists of the 12 cartoons are said to be at an advanced stage. We are not interested in an exhibition, we are interested in them being kept safe for future generations because they have created history in Denmark said Jytte Kjaergaard, a spokeswoman for the library.

U.N. panel OKs measure on Islam

Islamic countries pushed through a resolution at the U.N. Human Rights Council on Friday urging a global prohibition on the public defamation of religion – a response largely to the furor last year over caricatures published in a Danish newspaper of the Muslim Prophet Muhammad. The statement proposed by the Organization of Islamic Conference addressed what it called a “campaign” against Muslim minorities and the Islamic religion around the world since the Sept. 11, 2001 terrorist attacks on the United States. The resolution, which was opposed by a number of other non-Muslim countries, “expresses deep concern at attempts to identify Islam with terrorism, violence and human rights violations.” It makes no mention of any other religion besides Islam, but urges countries “to take resolute action to prohibit the dissemination of racist and xenophobic ideas and material aimed at any religion or its followers that constitute incitement and religious hatred, hostility, or violence.” The resolution was adopted by a 24-14 vote with nine abstentions. Canada, Japan and South Korea joined European countries in opposition, primarily citing its excessive focus on Islam and incompatibility with fundamental rights such as the freedoms of speech and thought. “The problem of religious intolerance is worldwide and not limited to certain religions,” said Brigitta Maria Siefker-Eberle of Germany, speaking on behalf of the 27-nation European Union. There are 17 Muslim countries in the 47-nation human rights council. Their alliance with China, Cuba, Russia and most of the African members means they can almost always achieve a majority. Human Rights Watch said the resolution could endanger the basic rights of individuals. The council, which last year replaced the discredited U.N. Human Rights Commission, has no power beyond drawing international attention to rights issues and scrutiny of abuses in certain countries. The move at the council was initiated last year after protests across the Islamic world drew attention to caricatures of Muhammad first printed in Danish paper Jyllands-Posten in September 2005.

Les imams danois accusés d’avoir envenimé l’affaire en 2005 ont été relaxés

Ce n’est pas faute d’avoir essay_. L’affaire des douze caricatures de Mahomet publi_es le 30 septembre 2005 dans le quotidien Jyllands-Posten est pass_e _ trois reprises devant un tribunal danois _ la suite des plaintes pour injures et blasph_mes d_pos_es par des associations musulmanes locales. A chaque fois, le journal et ses repr_sentants, le directeur de la r_daction, Carsten Juste, et le r_dacteur en chef des pages culturelles, Flemming Rose, qui est venu en France apporter son soutien _ Charlie Hebdo, ont _t_ relax_s. Le tribunal avait estim_ que les plaignants n’avaient pas pu montrer que les dessins ou le texte les accompagnant avaient eu l’intention d’offenser les musulmans. Le dernier proc_s remonte _ octobre 2006. Dans l’autre sens, la justice danoise a _galement lav_ de tout soup_on, _ la mi-janvier 2007, les imams danois accus_s d’avoir envenim_ l’affaire au cours de voyages effectu_s au Moyen-Orient fin 2005 pour mobiliser l’opinion musulmane mondiale. Le tribunal n’avait rien trouv_ dans leur comportement qui aurait incit_ _ la violence contre le Danemark. L’imam le plus controvers_, Abou Laban, est mort il y a quelques jours d’un cancer. “R_GIMES AUTORITAIRES” Lors de son discours de nouvel an, le premier ministre du Danemark, Anders Fogh Rasmussen, est revenu sur la publication des dessins, soutenue par une majorit_ de Danois, en d_clarant : “Nous avons tous la responsabilit_ d’administrer la libert_ de parole d’une mani_re qui ne provoque ni haine ni violence. Mais nous avons aussi la responsabilit_ de ne pas nous soumettre aux demandes de r_gimes autoritaires concernant ce sur quoi nous pouvons dessiner ou parler.” Si l’affaire en elle-m_me ne conna_t plus de rebondissements et que le Danemark tente de redorer son blason _ travers diff_rentes initiatives commerciales ou diplomatiques, l’islam est d_sormais tr_s largement discut_ au Danemark, comme le montre l’engouement pour une nouvelle traduction en danois du Coran sortie en novembre 2006, devenue _ la surprise g_n_rale l’un des cadeaux de No_l les plus _ la mode.

Caricatures : les organisations musulmanes hésitent à lancer des poursuites systématiques

Les tribunaux ne leur ont jamais donn_ gain de cause mais ces revers n’entament pas ” la confiance ” des organisations musulmanes fran_aises dans la justice de leur pays. Elles l’ont r_p_t_ _ la veille du proc_s contre Charlie Hebdo, mercredi 7 f_vrier, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. La Grande Mosqu_e de Paris, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la Ligue islamique mondiale ont port_ plainte contre l’hebdomadaire, apr_s la publication des caricatures danoises mettant en sc_ne le proph_te Mahomet, en f_vrier 2006. A la veille de la sortie de l’hebdomadaire, elles avaient tent_ d’emp_cher par r_f_r_ sa parution. En vain. Leur dernier d_boire judiciaire remontait _ 2002. Les organisations musulmanes et la Ligue des droits de l’homme poursuivaient, pour ” incitations _ la haine “, l’_crivain Michel Houellebecq. Dans des entretiens accord_s au mensuel Lire et au Figaro Magazine, _ l’occasion de la parution de son livre Plateforme, il d_clarait notamment : ” La religion la plus con, c’est quand m_me l’islam. Quand on lit le Coran, on est effondr_. ” Les plaignants avaient _t_ d_bout_s en premi_re instance et avaient renonc_ _ faire appel. Dans l’affaire des caricatures danoises, les organisations musulmanes ont choisi d’attaquer exclusivement Charlie Hebdo et non pas France Soir, premier quotidien en France _ avoir publi_ les dessins. ” […]

Caricatures : Muslim Organizations Hesitate to Begin Systematic Legal Suits

The Grand Mosque of Paris, the Union of Islamic Organizations in France, and the Global Islamic League brought complaint against the weekly magazine “Charlie Hebdo”, after its publication of the Danish caricatures of the prophet Mohammed in February 2006…

The “Charlie Hebdo” trial begins in Paris

The trial of satirical weekly “Charlie Hebdo” began Wednesday, February 7. The paper was sued by several Muslim organizations for having published the infamous Danish caricatures of the prophet Mohammed in February 2006. According to the plaintiffs, the paper committed “a deliberate act of aggression intended to insult Muslims”. The suit was brought against two of Charlie Hebdo’s twelve cartoonists. The defense attorneys have called Francois Bayrou and Francois Hollande as witnesses.

Le procès de “Charlie Hebdo” s’est ouvert à Paris

Le proc_s visant l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, poursuivi pour avoir publi_ des caricatures de Mahomet en f_vrier 2006, s’est ouvert mercredi 7 f_vrier au tribunal de grande instance de Paris. Selon les plaignants, l’Union des organisations islamiques de France, la Grande Mosqu_e de Paris et la Ligue islamique mondiale, l’hebdomadaire, en publiant ces caricatures danoises, a commis “un acte d_lib_r_ d’agression visant _ heurter” les musulmans. L’action a _t_ engag_e contre deux des douze caricaturistes de Charlie Hebdo et contre un dessin de “une” de Cabu. La d_fense de l’hebdomadaire a notamment fait citer comme t_moins Fran_ois Bayrou et Fran_ois Hollande.

The Grand Mosque of Paris brings suit against « Charlie Hebdo »

Can the French justice system guarantee the “defense of the dignity of the Muslim religion”? The president of the French Council for the Muslim Religion (CFCM) thinks so. The CFCM president is Dalil Boubakeur, who is also rector of the Grand Mosque of Paris. One illustration, he says, is the court case which begins Wednesday, February 7 against “Charlie Hebdo”, following the magazine’s publication of the Danish artists’ caricatures of the prophet Muhammad. The Grand Mosque and the Union of Islamic Organizations of France (UOIF) made a complaint against the French magazine for “public injury to the dignity of a group of people on account of their religion.”

La Grande Mosquée de Paris veut faire du procès contre « Charlie Hebdo »un cas d’école

La Justice peut-elle garantir la ” d_fense de la dignit_ du culte musulman ” ? Le pr_sident du Conseil fran_ais du culte musulman (CFCM), _galement recteur de la Grande Mosqu_e de Paris, Dalil Boubakeur en est persuad_. Le proc_s qui s’ouvre, mercredi 7 f_vrier, contre Charlie Hebdo, suite _ la publication par le journal des caricatures de dessinateurs danois mettant en sc_ne le proph_te Mahomet en est une illustration : la Grande Mosqu_e de Paris et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) ont d_pos_ une plainte contre le magazine fran_ais pour ” injure publique _ l’_gard d’un groupe de personnes _ raison de leur religion “. Pour M. Boubakeur, cette d_cision s’inscrit dans une strat_gie assum_e de mise en place de garde-fou, afin de ” prot_ger les musulmans des abus insultants “. Il _voque _ cet _gard les pratiques mises en oeuvre par la ” Licra – Ligue contre le racisme et l’antis_mitisme et les organisations repr_sentatives de la communaut_ juive ” qui, ” depuis des ann_es attaquent syst_matiquement ” les propos antis_mites ou racistes. Ce parall_le est contest_ par Michel Zaoui, avocat, membre de la commission juridique de la Licra et du bureau du Conseil repr_sentatif des institutions juives de France (CRIF). ” M. Boubakeur commet une confusion absolue, dit-il, la Licra ou une organisation juive n’a jamais poursuivi en justice une action ou un dessin relevant du blasph_me ou tournant la religion en d_rision. Au nom de la la_cit_, il faut faire la distinction entre la religion et ceux qui la pratiquent. Aussi p_nible que cela puisse _tre pour les croyants, on doit pouvoir dire ce que l’on veut de la religion. Or, dans les caricatures – sur Mahomet – , la religion est vis_e, pas les musulmans. ” CONFUSION ” Nous ne r_clamons pas le r_tablissement du d_lit de blasph_me, insiste Me Chems-Eddine Hafiz, avocat de la Mosqu_e de Paris. Mais nous estimons qu’avec la publication des caricatures, Charlie Hebdo a voulu cr_er la confusion entre islam et terrorisme. Ce proc_s est l’occasion de mener un effort de p_dagogie et d’afficher notre volont_ de r_agir d_s qu’il est port_ atteinte _ la dignit_ des musulmans. Nous poussons les organisations musulmanes _ agir en justice d_s qu’elles se sentent l_s_es. ” La d_cision des organisations musulmanes s’inscrit dans un contexte plus g_n_ral de recours judiciaires li_s _ des affaires religieuses. ” Alors que l’on constate au niveau europ_en une souplesse de plus en plus grande des tribunaux en mati_re de libert_ d’expression, souligne Me Zaoui, la France demeure en retrait en ce qui concerne le fait religieux. Et l’on peut craindre une frilosit_ des d_cisions rendues au nom de la “paix sociale”. ” En avril 2005, la cour d’appel de Paris avait confirm_ l’interdiction d’une affiche publicitaire s’inspirant de la C_ne, au motif qu’elle constituait ” un acte d’intrusion agressive et gratuite dans le tr_fonds des croyances intimes “. Cette d_cision a finalement _t_ cass_e par la Cour de cassation en novembre 2006.

Popular to Compare Islamism to Nazism

One year after the publication of the caricatures of the prophet Mohammed in the conservative newspaper Jyllands Posten, the critique of Islam has never been so popular in Denmark. In their publication, Karen Jespersen and Ralf Pittelkow describe islamism as a “totalitarian ideologie, mortally dangerous” that they compare to nazism and communism. {(continued below in French)} Un an apr_s la publication des caricatures du proph_te Mahomet dans le quotidien conservateur Jyllands Posten, la critique de l’islam n’a jamais _t_ aussi populaire au Danemark. L’ouvrage qui cartonne actuellement dans les librairies s’intitule Islamistes et na_vistes. Vendu _ 5 000 exemplaires les deux premiers jours, cet essai en est _ sa troisi_me r?_dition. Les deux auteurs, Karen Jespersen et Ralf Pittelkow, y d_crivent l’islamisme comme _une id_ologie totalitaire, mortellement dangereuse_, qu’ils comparent au nazisme et au communisme. Pittelkow met en garde : _Les islamistes et leurs valeurs progressent en Europe, notamment aupr_s des jeunes g_n_rations. Ils essaient d’interf_rer dans la vie des gens, en leur disant comment s’habiller, que penser et que croire._ Les auteurs estiment que l’immigration musulmane est au coeur du probl_me. Mais surtout, ils fustigent l’attitude conciliante d’un groupe qu’ils appellent les _na_vistes_, accus_s d’ignorer la menace islamiste _par souci du politiquement correct et par peur de la r_action des musulmans_, en Europe et _ l’_tranger. Des journalistes, _crivains, universitaires, et m_me des chefs d’entreprise qui, pendant la crise des caricatures, ont choisi de consid_rer la publication des dessins du proph_te comme une provocation, plut_t que de d_fendre la libert_ d’expression. Le r_dacteur en chef de Politiken, T_ger Seidenfaden, en fait partie. Il r_agit : _Il y a une nouvelle orthodoxie : un fondamentalisme de la libert_ d’expression, qui pense que la provocation absolue est n_cessaire sous peine de verser dans l’autocensure._ Or remarque-t-il, _m_me si les gens font d_sormais preuve d’une certaine prudence, cela ne participe absolument pas d’un ph_nom_ne de limitation du d_bat public_ . La preuve : r_cemment, son journal a publi_ une p_tition exigeant que soient poursuivis en justice les propos islamophobes des dirigeants du parti populiste danois, Dansk Folkeparti. _Aussit_t, des voix se sont _lev_es pour mettre en garde contre une limitation de la libert_ d’expression, ce qui ne serait jamais arriv_ avec des propos antis_mites._ Pour l’islamologue J_rgen B_k Simonsen, lui aussi _lev_ au rang des _na_vistes_, l’ouvrage _donne de la substance au discours de la droite populiste_. A ce titre, il juge le parcours des auteurs symbolique. Si Pittelkow a longtemps conseill_ l’ancien Premier ministre social d_mocrate, Poul Nyrup Rasmussen, il est aujourd’hui chroniqueur _ Jyllands Posten. Quant _ son _pouse, Karen Jespersen, elle a _t_ ministre des Affaires sociales, puis de l’Int_rieur, avant de claquer la porte du Parti social-d_mocrate en 2004. Ses positions en faveur d’un durcissement de la politique d’immigration l’avaient, _ l’_poque, rendue c_l_bre, notamment sa proposition d’isoler sur une _le d_serte les demandeurs d’asile condamn_s en justice. Critiques. L’ouvrage ne serait-il qu’un nouveau br_lot anti-islamique auquel le Danemark est d_sormais habitu_ ? Le d_put_ Naser Khader, chef de file des musulmans d_mocrates, estime qu’il a le m_rite de poser les bonnes questions. _La menace islamiste existe et il serait ridicule de la minimiser._ Le jour m_me de la sortie du livre de Jespersen et Pittelkow, le 5 septembre, la police lan_ait d’ailleurs un coup de filet, _ Odense, contre un groupe soup_onn_ de pr_parer des actes terroristes. Sept suspects sont, depuis, en d_tention provisoire. Depuis un an, le d_put_ Naser Khader, d’origine syrienne, fait lui-m_me l’objet d’une protection rapproch_e, apr_s avoir re_u plusieurs menaces de mort, pour ses critiques r_p_t_es contre le milieu fondamentaliste danois. Des critiques dont il d_mord d’autant moins qu’il juge _essentiel de ne pas en laisser le monopole _ l’extr_me droite_, en progression constante au Danemark.