Muslims not interested in shari’a law in France, says author Bernard Godard

Bernard Godard, co-author with Sylvie Taussig of “Les Musulmans en France” (Muslims in France, Hachette 2009), is interviewed here on his perspectives on Islam in France. Godard comments that there has been an institutionalization of Islam in France in the last ten years. Before mayors rarely supported mosque construction, for instance, and this attitude has changed. Imams are now invited to public ceremonies, and local representatives are often present for the breaking of the fast during Ramadan. He believes that the French Council of the Muslim Faith (CFCM) did not directly cause these changes, but that its presence contributed to the acceptance of Islam more generally. He goes on to describe Islamic identities among young people in France, how he views Salafism and Tabligh as the two more dangerous radical groups, and describes the ongoing influence of Tariq Ramadan and Tareq Oubrou.

New Book Tallies Five Million Muslims in France

According to France’s Minister of the Interior, there are currently 5 million Muslims living in its border, approximately 5% of which are regular practitioners. In their new book on French Muslims (Les Musulmans en France, _dition Robert Laffont), Bernard Godard and Sylvie Taussig estimate that more that 1.5 million are Algerian or of Algerian-origin. The remainder include 1 million Moroccans; 400,000 Tunisians; 340,000 Sub-Saharan Africans (mostly from Senegal and Mali), 313,000 Turks; 70,000 Asians; and an estimated 40,000 converts and Muslims without papers. 43% of Muslims in France, according to their book, are non-practicing. There are currently 1,890 known mosques in France.

La République et “ses musulmans”

La République & “ses Musulmans” (Séminaire, saison II)

Premières rencontres : Mardi 26 juin 2007 à 19h00, FIAP Jean Monnet 30 r Cabanis 75014 Paris, métro Glacière

L’Islam comme objet de l’action et du discours publics – 1

Nous commencerons par des rencontres au cours desquelles, par la description des traitements institutionnels appliqués l’islam, nous tenterons d’en dessiner les traits tels qu’ils sont vus par l’Etat. Y seront présents deux types d’intervenants : 1- des personnes remplissant ou ayant rempli des fonctions d’élaboration et/ou de mise en œuvre de l’action publique touchant à l’islam ou aux musulmans. 2- des chercheurs ayant travaillé sur la gestion publique du “fait musulman”. Nous leur soumettrons des interrogations qui leur sont communiquées préalablement, puis de présenter les traits qui leur semblent essentiels de l’action publique concernant l’islam.

Intervenants

  • Valérie Amiraux Sociologue, docteur en science politique, chargée de recherches au CNRS, Elle travaille sur une comparaison de la production des politiques et des discours publics sur l’islam en Europe.
  • Nathalie Cettina Spécialiste reconnue des questions de coopération antiterroriste sur lesquelles elle travaille depuis plusieurs années. Docteur en droit, elle a été successivement chargée d’études à l’Institut des Hautes Etudes de Sécurité Intérieure (IHESI/ministère de l’Intérieur) et attachée d’enseignement et de recherche à l’université de Picardie Jules Vernes.
  • Alain Chenal Spécialiste de la Méditerranée, de la Turquie et du monde arabe. Diplômé de L’IEP de Paris, ex conseiller au Centre d’Analyse et de Prévision du Min. des Affaires Etrangères. Directeur de la Fondation J. Jaurès et délégué national à la méditerranée au Parti Socialiste.
  • Bernard Godard Bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur. Vient de publier, avec Sylvie Taussig, “Les Musulmans en France, courants, institutions, communautés : un état des lieux” (Robert Laffont, février 2007)
  • Inscription: Contacter Dalila au 01 46 07 54 04 Ou adresser un courriel à ftcr.etudes@no-log.org

    Les musulmans en France: Courants, institutions, communautés: un état des lieux

    Ce précis de l’islam en France se distingue par son approche sociologique et clairement dépassionnée. Dans un souci permanent d’objectivité, Bernard Godard et Sylvie Taussig ont cherché à comprendre qui sont les millions d’hommes et de femmes, partageant le quotidien de tous les Français, qui appartiennent à cette religion, volontairement ou non, plus ou moins activement, voire passivement ou de manière ouvertement critique. Menée à partir de statistiques officielles, cette enquête à la fois exhaustive et serrée permet d’appréhender non pas un islam, mais tous les islams de France qui se font face, s’épaulent ou se concurrencent. Ce livre est une radioscopie étonnante, qui surprendra par sa richesse humaine, la diversité de ses courants, mais aussi de ses oppositions internes, souvent tranchées. On saisit à quel point l’islam n’est pas le même selon les communautés (algérienne, marocaine, tunisienne, etc.), ni selon les orientations (sunnite ou chiite). On vérifie toutes les nuances qui opposent, par exemple, les musulmans originaires de Turquie à ceux qui viennent d’Asie, de même que l’on suit les débats opposant les réformistes aux fondamentalistes, les laïcs aux convertis, mais aussi tous les mouvements marginaux, qui seront peut-être majoritaires demain. Enfin, on voit se dessiner, région par région, une carte de France avec des forces nouvelles, entre éthique, business et traditionalisme. Sans se substituer aux autorités politiques ou religieuses, les auteurs posent aussi toutes les questions sur la viabilité des rapports entre islam et république. Quel financement pour les lieux de culte ? Quelle formation pour les imams ? Qui détient l’autorité religieuse ? Autant de questions qui engagent, au-delà de la communauté musulmane, l’avenir de tout notre pays (Courtesy of Robert Laffont).