“La Polysémie du Voile”: Enjeux politiques et sociaux

Journée d’étude du réseau européen V.E.I.L. Values Equality and Differences in Liberal Democracies

Lundi 25 juin 2006 Site Pouchet. 59 / 61 rue Pouchet. Paris 17e Salle de conférence (rez-de-chaussée)

Programme de la journée d’étude: La loi du 15 mars 2004 encadre désormais « le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées public ». Les débats préalables à l’adoption de cette loi se sont principalement concentrés sur le foulard islamique et ont combiné, parfois jusqu’au contresens, des enjeux liés au principe de laïcité, à l’égalité homme / femme, à la liberté religieuse, au fait colonial, à l’intégrisme politique ou à la place de l’école. Trois ans plus tard, quel bilan tirer de ces débats ? Dans quelle mesure ont-ils façonné la mise en œuvre de la loi Comment analyser, sous le dispositif législatif, la polysémie du voile en France et en Europe

Introduction : Eleni Varikas 


Le voile sans la loi.

Discutante : Eleni Varikas

  • Leila Hadj-Abdou : “Unveiling the Austrian headscarf-debate”
  • Eirini Avramopoulou : “Veiling practices mediating fantasies of ‘self’ and ‘otherness’ in Greece”
  • Les Féminismes à l’épreuve du voile.

Table-ronde animée par Françoise Gaspard

  • Christine Cadot et Bruno Perreau: “De la République et de l’imaginaire colonial dans les débats féministes sur le port du voile en France”
  • Elsa Dorlin: “Voile v. string : pour une critique du “choc des féminismes”
  • Les pratiques du voile : sexualité, religion, culture.

Table-ronde animée par Azadeh Kian-Thiébaut<

  • Isabelle Clair : “L’ordre du genre dans les cités”
  • Magali della Sudda : “Le refus du port du voile chez les religieuses catholique (19e-20e siècle)”
  • Discussion générale

  • Eirini Avramopoulou : Doctorante en anthropologie (Université de Cambridge). Membre du réseau V.E.I.L.
  • Christine Cadot : Maître de conférences en science politique (Université Paris VIII – à compter de sept. 2007). Chercheuse au Centre d’Études Européennes de Harvard. Membre du réseau V.E.I.L.
  • Isabelle Clair : Docteure en sociologie (Université Paris V) et A.T.E.R. (Université de Reims).
  • Elsa Dorlin : Maîtresse de conférences en philosophie (Université Paris I). Membre du réseau V.E.I.L.
  • Françoise Gaspard : Maîtresse de conférences en sociologie (École des Hautes Études en Sciences Sociales). Experte auprès du comité CEDAW (O.N.U.)
  • Leila Hadj-Abdou : Doctorante en science politique (Université de Vienne). Membre du réseau V.E.I.L.
  • Azadeh Kian-Thiébaut : Professeure en sociologie (Université Paris VII).
  • Bruno Perreau : Chargé de conférences à Sciences Po et membre de l’Institute for Advanced Studies (Université de Princeton). Membre du réseau V.E.I.L.
  • Magali della Sudda : Doctorante en histoire (ENS-EHESS / Université La Sapienza de Rome).
  • Eleni Varikas : Professeure de théorie politique et études de genre (Université Paris VIII). Membre du réseau V.E.I.L.
  • Projet V.E.I.L. Le projet V.E.I.L. fait partie du sixième programme de recherche de la commission européenne. Il consiste en l’étude des débats sur le port du foulard islamique en Europe et en l’analyse comparée de ses principaux cadres d’interprétation. À partir du dépouillement de ces débats et de la façon dont ils ont façonné les législations nationales, V.E.I.L. se propose de questionner la part du genre, de la race et de la religion dans la production des identités nationales et européennes.

    V.E.I.L. rassemble huit équipes et laboratoires de recherche sous la coordination de Birgit Sauer et Sigliende Rosenberger (département de science politique de l’université de Vienne). L’équipe française est installée au département de science politique de l’université Paris VIII Saint-Denis. Elle est dirigée par Eleni Varikas et Elsa Dorlin, et accueille deux post-doctorants : Christine Cadot et Bruno Perreau. Yves Sintomer, co-responsable de l’équipe française jusqu’en mai 2007, collabore également au projet.

  • Département de science politique. Université de Vienne (Autriche): Ilker Atac, Nora Gresch, Leila Hadj-Abdou, Sieglinde Rosenberger, Birgit Sauer.
  • Département d’histoire et d’études internationales. Université d’Aalborg (Danemark): Birte Siim, Rikke Andreassen.
  • Département de science politique. Université Paris VIII (France): Eleni Varikas, Elsa Dorlin, Christine Cadot, Bruno Perreau.
  • Département de science politique. Université libre de Berlin (Allemagne): Sabine Berghahn, Petra Rostock.
  • Département d’anthropologie sociale. Université du Panthéon. Athènes (Grèce): Athena Athanasiou, Eirini Avramopoulou.
  • Département des sciences sociales et culturelles. Université libre d’Amsterdam (Pays-Bas): Sawitri Saharso, Doutje Lettinga.
  • Département de sociologie et études de genre. Université technique du Moyen-Orient, Ankara (Turquie): Ayse Saktanber, Gul Corbacioglu.
  • Département d’études religieuses. Faculté des sciences sociales. Université de Lancaster (Royaume-Uni): Sevgi Kilic, Linda Woodhead.