Popular to Compare Islamism to Nazism

One year after the publication of the caricatures of the prophet Mohammed in the conservative newspaper Jyllands Posten, the critique of Islam has never been so popular in Denmark. In their publication, Karen Jespersen and Ralf Pittelkow describe islamism as a “totalitarian ideologie, mortally dangerous” that they compare to nazism and communism. {(continued below in French)} Un an apr_s la publication des caricatures du proph_te Mahomet dans le quotidien conservateur Jyllands Posten, la critique de l’islam n’a jamais _t_ aussi populaire au Danemark. L’ouvrage qui cartonne actuellement dans les librairies s’intitule Islamistes et na_vistes. Vendu _ 5 000 exemplaires les deux premiers jours, cet essai en est _ sa troisi_me r?_dition. Les deux auteurs, Karen Jespersen et Ralf Pittelkow, y d_crivent l’islamisme comme _une id_ologie totalitaire, mortellement dangereuse_, qu’ils comparent au nazisme et au communisme. Pittelkow met en garde : _Les islamistes et leurs valeurs progressent en Europe, notamment aupr_s des jeunes g_n_rations. Ils essaient d’interf_rer dans la vie des gens, en leur disant comment s’habiller, que penser et que croire._ Les auteurs estiment que l’immigration musulmane est au coeur du probl_me. Mais surtout, ils fustigent l’attitude conciliante d’un groupe qu’ils appellent les _na_vistes_, accus_s d’ignorer la menace islamiste _par souci du politiquement correct et par peur de la r_action des musulmans_, en Europe et _ l’_tranger. Des journalistes, _crivains, universitaires, et m_me des chefs d’entreprise qui, pendant la crise des caricatures, ont choisi de consid_rer la publication des dessins du proph_te comme une provocation, plut_t que de d_fendre la libert_ d’expression. Le r_dacteur en chef de Politiken, T_ger Seidenfaden, en fait partie. Il r_agit : _Il y a une nouvelle orthodoxie : un fondamentalisme de la libert_ d’expression, qui pense que la provocation absolue est n_cessaire sous peine de verser dans l’autocensure._ Or remarque-t-il, _m_me si les gens font d_sormais preuve d’une certaine prudence, cela ne participe absolument pas d’un ph_nom_ne de limitation du d_bat public_ . La preuve : r_cemment, son journal a publi_ une p_tition exigeant que soient poursuivis en justice les propos islamophobes des dirigeants du parti populiste danois, Dansk Folkeparti. _Aussit_t, des voix se sont _lev_es pour mettre en garde contre une limitation de la libert_ d’expression, ce qui ne serait jamais arriv_ avec des propos antis_mites._ Pour l’islamologue J_rgen B_k Simonsen, lui aussi _lev_ au rang des _na_vistes_, l’ouvrage _donne de la substance au discours de la droite populiste_. A ce titre, il juge le parcours des auteurs symbolique. Si Pittelkow a longtemps conseill_ l’ancien Premier ministre social d_mocrate, Poul Nyrup Rasmussen, il est aujourd’hui chroniqueur _ Jyllands Posten. Quant _ son _pouse, Karen Jespersen, elle a _t_ ministre des Affaires sociales, puis de l’Int_rieur, avant de claquer la porte du Parti social-d_mocrate en 2004. Ses positions en faveur d’un durcissement de la politique d’immigration l’avaient, _ l’_poque, rendue c_l_bre, notamment sa proposition d’isoler sur une _le d_serte les demandeurs d’asile condamn_s en justice. Critiques. L’ouvrage ne serait-il qu’un nouveau br_lot anti-islamique auquel le Danemark est d_sormais habitu_ ? Le d_put_ Naser Khader, chef de file des musulmans d_mocrates, estime qu’il a le m_rite de poser les bonnes questions. _La menace islamiste existe et il serait ridicule de la minimiser._ Le jour m_me de la sortie du livre de Jespersen et Pittelkow, le 5 septembre, la police lan_ait d’ailleurs un coup de filet, _ Odense, contre un groupe soup_onn_ de pr_parer des actes terroristes. Sept suspects sont, depuis, en d_tention provisoire. Depuis un an, le d_put_ Naser Khader, d’origine syrienne, fait lui-m_me l’objet d’une protection rapproch_e, apr_s avoir re_u plusieurs menaces de mort, pour ses critiques r_p_t_es contre le milieu fondamentaliste danois. Des critiques dont il d_mord d’autant moins qu’il juge _essentiel de ne pas en laisser le monopole _ l’extr_me droite_, en progression constante au Danemark.